Accueil / #WeAreALLTIGERS : la communauté / Journée internationale du Tigre : ALL TIGERS engagé pour sauver les tigres du Rajasthan
ALL TIGERS Poh Kao Tigre

Journée internationale du Tigre : ALL TIGERS engagé pour sauver les tigres du Rajasthan

Le 29 juillet, c'est la Journée Internationale du Tigre. Et vous le savez, c'est bien au-delà d'une journée que le tigre nous tient à cœur : ALL TIGERS reverse 1% des ventes pour la protection du tigre sauvage.

Cela signifie très concrètement que chaque rouge à lèvres ou vernis à ongles ALL TIGERS vendu alimente un fonds de dotation destiné au tigre. Mais pour en faire quoi ? A l'occasion de cette journée évènement, faisons le point sur cette cause qui nous tient à cœur.

ALL TIGERS poh Kao tigre

Au cours du 20e siècle, la population de tigres sauvages est passée de plus de 100 000 individus à probablement à peine 2 000... C'est en 2010 que la journée internationale du tigre a été créée, par les 13 pays où vivent encore des tigres sauvages, comme un signal d'alarme face à la disparition de cet animal emblématique. 

Le tigre, actionnaire à 1% de ALL TIGERS

Pour ALL TIGERS, le tigre a d'abord été un symbole. La création des rouges à lèvres vegan et naturels, alors sans nom, se faisait en co-création avec la communauté. Et une femme avait dit à Alexis, le fondateur, "je me sens féministe, puissante, et pourtant menacée par plein de choses, les ingrédients dans les cosmétiques sont encore un exemple de menaces…". Une image s'est imposée : le tigre ! Si puissant, et pourtant si menacé par un écosystème en déroute… Au fond, nous sommes tous des tigres. We are ALL TIGERS.

Cette phrase pourrait s'appliquer sans peine à l'humanité entière. Le tigre nous rappelle la réalité de l'espèce humaine, à la fois dominante et de plus en plus consciente d'avoir fait collectivement des choix discutables qui pourraient la mettre en danger sur le long terme. 

C'est aussi un état d'esprit, une manière de raconter une certaine idée de la féminité, loin du cliché habituel des produits bio, la petite fleur des champs sous un soleil printanier… Notre vision à nous, c'est que la féminité est comme un tigre, elle ne se réduit pas, elle ne se cadre pas, elle ne se limite pas. Ni corsetée, ni rebelle ; libre, surtout. Certainement pas fragile ; puissante et souveraine. Mais cela n'empêche pas d'être pleinement conscients des menaces qui pèsent sur les femmes. Voilà à quoi nous renvoit aussi le tigre.  

Au-delà du symbole, le tigre est un animal bien réel, et "exploiter" son image sans lui reverser des royalties, pour nous, ça n'avait pas de sens. D'un symbole, le tigre est devenu une cause. Dès la création de la société, Alexis, le fondateur de ALL TIGERS, a fait un choix définitif : ALL TIGERS est membre du réseau 1% FOR THE PLANET, s'engageant ainsi, qu'il pleuve-qu'il vente-qu'il grêle, que nous soyons en profit ou en perte, à réserver 1% de nos ventes à une association engagée pour une cause environnementale. 

Et la chance des belles rencontres a mis Alexis sur la route de Véronique Audibert, fondatrice de Poh Kao, une association qui apporte un soutien financier et technique à des initiatives locales de protection locale, d'abord au Cambodge, et aujourd'hui en Inde. Vous pouvez relire ici l'interview de Véronique, et les combats qu'elle porte:  une femme passionnée et déterminée, qui croit avant tout à l'efficacité des associations de terrain et des actions très ciblées plutôt qu'aux grands discours. Votre lipstick aide les tigres : pour chaque rouge à lèvres vendu, 1% du prix total est reversé à Poh Kao pour la cause des tigres. 

Les initiatives de terrain, fragilisées par le manque de ressources

Poh Kao s'est associé à une ONG locale, Krapavis, pour lui apporter une aide technique et financière, dans le cadre d'un projet à Sariska, région sauvage au cœur du Rajasthan, impliquant les minorités ethniques locales dans la préservation des tigres.

ALL TIGERS tigre POH KAO

Une tigresse et ses petits à Sariska en 2018

Il faut préciser que leur action ne bénéficie d'aucune aide internationale. Pourquoi ? Au niveau mondial, tous les fonds des institutions sont versés à de grandes ONG internationales - avec tout ce que cela signifie de distance avec les besoins réels de terrain - qui privilégient certaines zones de préservation au détriment d'autres régions pourtant essentielles.

Et, comme l'explique Véronique " il y a un abysse qui sépare les grands discours sur la biodiversite et la réalité des petites structures qui œuvrent sur le terrain à la protection des espèces menacées. Cela implique une compétition sauvage pour obtenir des fonds, lesquels finalement ne vont nourrir que des grosses structures qui sont en pratique davantage focalisées sur la communication et insuffisamment actives ou peu efficaces sur le terrain. Et pourtant, il y a urgence."

Au Rajasthan, il ne reste donc que des initiatives locales pour sauver les derniers tigres, et ces projets tentent de se maintenir avec des ressources dramatiquement limitées. 

Protéger le tigre, des enjeux multiples

Le Rajasthan a été encore plus durement touché cette année par une sécheresse record, au-delà des 50°C (triste record mondial 2019 !), au point qu'elle a été largement relayée par les médias internationaux. Mais, avec le réchauffement climatique, la sécheresse est devenue en fait un phénomène récurrent dans la région. L'horreur du manque d'eau impacte directement les villageois, et affaiblit aussi leur bétail, leur seule source de subsistance. 

En asséchant cours d'eau et étangs, en contribuant à la désertification de la région, la sécheresse fragilise aussi la chaîne alimentaire au sommet de laquelle se situe le tigre. Si les arbres meurent, si la végétation se raréfie, c'est le bétail, source de survie des villageois, qui disparaît, de même que les cervidés sauvages, dont se nourrissent les grands prédateurs, tigres et léopards. Et si le tigre n'a pas de proies sauvages, il ne se reproduit plus, et disparaît à son tour. Le manque d'eau a ainsi des conséquences très graves pour les populations locales, comme pour la faune.

Le paradoxe, c'est que dans certains cas la situation s'inverse : par endroit la cause du tigre prime sur les populations locales. Certaines institutions gouvernementales voient en effet dans le tigre une potentielle manne touristique, et ont la tentation de délocaliser les communautés pour créer des réserves. Cette situation est tout aussi insupportable, car ces villages, déjà très pauvres, doivent pouvoir conserver leur espace. En pérennisant la coexistence harmonieuse entre les populations et le tigre, le programme vise également à préserver les populations locales là où elles sont déjà présentes, sur leurs terres.

Les réalisations concrètes de Poh Kao

Quelles sont les réalisations concrètes, sur place, à Sariska ? 

- Le projet clé, c'est la plantation de 50 000 arbres, d'espèces naturellement présentes dans la région : dans un contexte de désertification, ils permettent de maintenir les sols et apportent des ressources en nourriture aux herbivores, principalement des antilopes. Plus il y a d'herbivores, plus les tigres ont des proies pour se nourrir. On évite ainsi que le tigre se tourne vers le bétail.

- L'association creuse, avec les villageois, des étangs artificiels en différents points afin de constituer des réservoirs d'eau, utiles pour le bétail et pour les animaux sauvages.

ALL TIGERS Poh Kao Tigre Sariska

Programme de sensibilisation des populations locales

- Le dernier grand chapitre, c'est de former  les populations locales aux techniques de sentinelles afin de relever les informations (points GPS, photos), par exemple pour le suivi des tigres ou alerter sur les comportements suspects de personnes extérieures, potentiels braconniers, afin d'en avertir les autorités. Un accord de coopération entre villageois et autorités du parc est ainsi formalisé. En parallèle, l'association a mis en place un programme de sensibilisation des villageois sur les enjeux et les moyens pour défendre la biodiversité, dont ils dépendent, et notamment la coexistence avec le tigre. Une exposition itinérante rappelle par exemple le comportement à avoir en cas de rencontre d'un tigre ("ne pas se placer entre le tigre et sa proie" etc…) mais aussi l'importance du tigre notamment pour réguler les populations d'herbivores.

D'autres projets sont à l'étude, comme la création de petites coopératives pour soutenir l'économie des villages. Les populations locales sont végétariennes, leur seule richesse est le lait produit par leurs bêtes, qu'elles peuvent vendre ou échanger contre de la farine pour leur propre subsistance.  

Si vous souhaitez soutenir Poh Kao de manière très directe, vous pouvez contacter Veronique via l'email : audibert.pohkao@pohkao.com ou vous rendre sur le site de Poh Kao. Les particuliers peuvent faire un don direct et recevoir un reçu fiscal.

Poh Kao fait également partie du site Prizle : vous pouvez faire sur ce site toute une série d'achat du quotidien avec des grandes entreprises partenariares (Gap, Cdiscount, Trainline, etc.) et choisir qu'une commission soit reversée à Poh Kao.

Merci à vous.

Merci de soutenir ALL TIGERS, merci de contribuer avec nous à faire vivre ces projets. C'est un engagement de long terme que nous avons pris avec Poh Kao.

Certes, cette cause peut paraître un peu lointaine, et ça ne sera jamais vraiment une "belle action de com" (phrase entendue et ré-entendue). Chaque année, le projet va ressembler à la précédente : c'est ainsi. Vous n'aurez sans doute pas de sitôt une super video Facebook (enfin, peut-être un jour, mais dans longtemps !), il n'y aura pas "quelque chose de neuf" chaque mois à raconter. Préserver la bio-diversité, c'est miser sur le très long terme, et renoncer du coup au rythme fou des super posts Instagram, des modes, des envies du moment. Même si le tigre et son infinie beauté sont une source inépuisable de belles images... Mais le projet lui-même, il nous faut l'accepter, sera un éternel recommencement, car c'est à ce prix qu'on pourra ensemble construire pour l'avenir. 

Photos : Poh Kao ou Vincent Van Zalinge

0 commentaires

Laisser un commentaire