Accueil / #TigersTips : tous nos conseils maquillage / Mon vernis à ongles est-il toxique ?
Mon vernis à ongles est-il toxique ?

Mon vernis à ongles est-il toxique ?

En consommatrice éclairée, vous n’ignorez sans doute pas que, de tous les produits cosmétiques, le vernis à ongles est probablement l’un de ceux dont la composition suscite le plus de questions… Tour d'horizon du sujet.

Comme trop souvent lorsqu’il s’agit de produits destinés aux femmes, le sujet de la dangerosité des produits est vite balayé d’un revers de la main, « ok c’est dangereux mais ce n’est que du superflu, ‘elles’ n’ont qu’à s’en passer »… Et voilà. C’est pratique, pas vrai ? En fait, ça donne envie de sortir les griffes ! 

Le vernis : une recette à controverse

Alors, première question : qu’est-ce qu’on met au juste sur nos griffes ? Couleur intense, brillance tenace, résistant sur plusieurs jours, le vernis à ongles est un cosmétique assez fascinant. On attend de lui qu’il soit aussi performant qu’une peinture industrielle, avec laquelle il partage hélas beaucoup de points communs (une bonne part de sa formlation, en fait !).

De quoi est composé un vernis ?

  • Des résines, responsables de la brillance et adhérence du vernis
  • Des plastifiants, qui vont former cette matière à la fois dure et flexible.
  • Des solvants, pour l’application et le séchage
  • Un agent filmogène qui permet de figer la texture dès la pose
  • Des pigments et des nacres, naturels et synthétiques, qui déterminent la couleur

Parmi ces ingrédients, certains, couramment utilisés dans les vernis, ont fait l’objet de controverses. Le formaldéhyde ? Classé cancérigène. La résine de formaldéhyde et le toluène ? Irritants pour la peau, les yeux, le système respiratoire... Le DBP ? Suspecté d’être perturbateur endocrinien. Le xylène ? Neurotoxique. Le camphre ? Merci les nausées et les maux de tête. On ne va pas tous les passer en revue, mais vous comprenez le principe. Certains sont interdits en Europe, d’autres sont encore régulièrement utilisés par les marques industrielles.

En novembre 2017, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) en France a tiré la sonnette d’alarme pour les salariées des ongleries : "L'analyse des données disponibles a permis d'identifier environ 700 substances présentes dans la composition des produits utilisés ou dans les atmosphères de travail. 60 de ces 700 substances ont été jugées très préoccupantes de par leur classe de danger la plus élevée". Ce constat s’applique aux vernis semi-permanent utilisés par les pros, ok. Mais on est quand même dans des produits très proches de ceux vendus dans le commerce. Depuis, qu’est-ce qui a changé dans les formulations ? Rien, mais les salariées des ongleries portent des masques. Rassurant…

Les marques ne manquent pas de cynisme d’ailleurs, elles savent très bien nous donner des conseils a priori anodins mais qui, au fond, visent à limiter la dangerosité du produit. Du coup, on s’adapte, et vous avez certainement lu ces conseils sur le web. On applique les vernis à l’exterieur ou porte ouverte pour éviter des respirer des vapeurs potentiellement toxiques. On évite de dépasser sur les doigts pour limiter la diffusion des produits dans l’organisme, et on ne garde pas un vernis plus d’une semaine d’affilée, car au-delà la fonction barrière de l’ongle s’affaiblit et le vernis se diffuse dans l’organisme. Et on tente les dissolvants naturels, plus doux pour notre santé. Et surtout on ne se ronge pas les ongles vernis !

Ces bons réflexes ont quand même un petit air de « c’est mieux que rien… ». Bof. Et si on allait plus loin ?

Les vernis à ongles sans ingrédients toxiques : 3-free, 4-free, 5-free, 9-free… Comment choisir ?

Au vu de nos attentes (brillance, tenue, homogénéité de la couleur...) le 100% naturel n'est pas jouable, et il n’existe pas d’alternative labellisée bio (en tout cas, pas qui soit techniquement au niveau). La démarche des marques naturelles a donc été de bon sens : et si on retirait les composants les plus nocifs des vernis à ongles.

C’est ainsi qu’un nouveau repère s’est créé, avec la dénomination 3-free, 4-free, 5-free… Par exemple, « 3-free » signifie  « sans 3 » , indiquant par ce biais que le vernis à ongles est débarrassé des 3 substances les plus controversées : toluène, DBT et formaldéhyde. Ainsi, un vernis à ongles « 8 free » sera sans toluène, dibutyl phthalate (DBT), formaldehyde,camphre, xylène, résine de formaldehyde, paraben, ni traces de colophane. Les 7-free, 8-free et au-delà garantissent une sécurité maximale, ainsi qu’une bonne dose d’ingrédients naturels bons pour l’ongle.

Poussés par l’innovation, les vernis naturels sont parvenus à répliquer les bons cotés des vernis industriels : la couvrance, le séchage, la texture, la tenue, les choix de couleur… et sans les composants toxiques.


Vernis à ongles : faut-il coordonner avec le rouge à lèvres… ou pas ?

Attention, il y a un piège dans cette question ! On va parler de couleurs... et de valeurs !

Côté couleur : on s’attaque d'abord à une question a priori plus superficielle, faut-il coordonner, c’est-à-dire appliquer sur les ongles une couleur identique au rouge à lèvres que vous portez, ou non ? Il n’y a pas de règle absolue en la matière, mais quelques conseils toujours utiles :

  • En journée, mieux vaut jouer sur les contrastes avec des teintes opposées : plus la teinte choisie pour les lèvres est discrète, plus vous pouvez oser la couleur sur les ongles. A l’inverse, une bouche à la teinte très intense nécessite d’y aller en douceur pour les ongles. L’exception : le rouge rouge qui supporte parfaitement la coordination lèvres-ongles.
  • En soirée, ou pour un évènement, on s’autorise le total look, tout en beige, en corail, en bordeaux, bref, tout est possible : à vous d’exprimer votre personnalité selon vos goûts ! Dans ce cas, vous pouvez reprendre un élément de votre tenue, la couleur de votre pochette par exemple, ou trouver une couleur complémentaire à votre robe.

Côté valeur : là où il faut être coordonnée ABSOLUMENT, c’est sur la philosophie. Si vous avez adopté votre rouge à lèvres ALL TIGERS, aussi green que stylé, nous ne pouvons que conseiller également un vernis green, de préférence 7-free, 8-free, voire au-delà.

Allez faire un tour dans les gammes de nos amis de Kure Bazaar, Manucurist Green, Colorisi ou Clever : un choix de teintes complètement dingue, un résultat couleur sublime, et une formule pensée pour être le meilleur compromis entre naturalité et performance. Et maintenant, les Tigers, sortez les griffes !

Que vous soyez team « je coordonne » ou team « je mixe », la reine de la jungle, c’est VOUS. Vous voulez prendre le pouvoir sur ALL TIGERS ? Une seule solution : abonnez-vous maintenant à notre page Instagram et faites-vous entendre ! A chaque étape clé de la marque, nous consultons notre communauté. 

1 commentaire

fév 17, 2019 • Posté par Borde eliane

On devrait lire davantage les ingrédients qui rentrent, dans la compositions de nos cosmétiques, ça fait peur..

Laisser un commentaire